AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Time To Escape » PV Casilda ¤ Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

φ ...The light isn't my choice... Ω


avatar

φ ...The light isn't my choice... Ω

Féminin Messages : 755
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 33

Your Book Of The Shadows
Points de vie (PV):
100/100  (100/100)
Points d'Expérience (PE):
54/100  (54/100)
Capacités & Autres:

MessageSujet: Time To Escape » PV Casilda ¤ Terminé   Ven 3 Fév - 22:32

Casilda & Samantha

Time To Escape



Voilà quelques jours que les examens de fin de semestre étaient terminés pour Samantha. Elle sentait qu'elle s'était assez bien débrouillée ; du moins, pas de catastrophe à l'horizon. Peut-être dans une ou deux matières mais elle savait que son étude de la Chine Antique remonterait toute note possiblement trop basse. Elle connaissait trop bien ce sujet pour pouvoir s'être trompé. Et, chose rare s'il en est, pour que les élèves puissent souffler un peu après cette période de travail intense, les professeurs leur avaient accordé une semaine de pause avant de reprendre les cours. Bien sûr, Samantha en avait profité pour sortir un peu, voir ses amies, profiter de sa famille, elle avait aussi passer un peu de temps avec Kyle. Ha ! Kyle ... Enfin bref, il n'était de toute façon pas au programme du jour !

Nan, ce jour-là, notre futur archéologue avait décidé de se rendre au centre commercial. Classique direz-vous pour une jeune femme des quartiers chics ayant envie de dépenser un peu de l'argent de papa et maman... Oui mais voilà, il n'y avait pas que ça. Si Sam' allait au centre commercial ce jour-là précisément, c'était pour une bonne raison. Et si elle y allait seule, c'était ... dans plusieurs buts en fait. Le premier était de ne pas risquer une éventuelle moquerie de ses soit-disant amies et le second était pour éviter qu'on ne lui pique la vedette. Car oui, il était bien question de star-attitude ici !
En effet, le centre commercial organisait un casting pour jeune talent. Notre étudiante ne savait pas trop si c'était pour participer à une émission ou pour se faire engager par un label quelconque mais elle aimait chanter et tenter sa chance ne lui coutait rien. Enfin si, les cinq petits dollars qu'elle devrait donner pour l'inscription. Mais franchement, que sont cinq dollars quand papa est prêt à en payer mille pour la robe de bal de sa fille ?

Bien évidemment, Samantha était à l'heure au rendez-vous. Avant de s'avancer dans la petite file d'attente qui était déjà là, elle avait fait un petit tour aux alentours pour s'assurer qu'aucune de ses amies ou qu'aucun des membres de sa classe ne se trouvait là. Dans sa famille, on lui avait toujours dit qu'elle chantait bien mais ... étaient-ils réellement objectif, cela restait à voir ! Et quoi de mieux qu'une audition réglée par des parfait inconnus pour s'en rendre compte.
Une fois son état des lieux terminé, elle s'avança donc dans la file d'attente ou trois personnes de plus que la première fois attendaient. Visiblement, les organisateurs devaient trouver qu'ils s'étalaient un peu trop puisqu'un homme de petite taille, portant une barbe qui devait avoir au moins un mois et qui paraissait négligé avec son T-Shirt vert marqué "Argentine" en rouge et jaune, vint vers eux pour faire en sorte que la file d'attente soit bien droit et parallèle au mur non loin de là. Il ne fallait pas pousser non plus, les couloirs étaient assez large pour qu'ils n'aient pas l'impression d'être parqués comme du bétail. Enfin bon, elle n'allait pas commencer à râler, elle n'était pas venue pour ça.
Une chose inquiétait tout de même la jeune femme : elle ne savait pas s'ils chantaient dans un studio fermé face au jury uniquement ou si le show serait public. Autant l'avouer : elle préfèrerait la première option... Mais de l'extérieur, on ne voyait rien, l'entrée du casting étant masquée par un rideau blanc.

En avançant un peu dans la file, Sam' se retrouva devant une vitrine de magasin qui lui permettait de voir son reflet. Elle en profita donc pour examiner sa tenue ; elle portait un top rose saumon ainsi qu'un jean slim avec de belles bottes à talons sur lesquelles elle avait craqué la semaine passée. La couleur fumée de la vitre lui donnait un teint des îles qu'elle appréciait tout particulièrement mais elle savait que cela n'était qu'un leur, en vérité, elle était toujours aussi blanche, un peu comme si le soleil refusait de se pencher sur son cas ! Elle remit ses cheveux en place, s'acharnant sur une mèche rebelle quand on lui tapa sur l'épaule. Elle se retourna sans rien dire quand la personne lui dit sur un air qu'elle jugea mauvais :

« Faudrait peut-être penser à avancer ! »
Elle jeta donc un œil devant elle ; effectivement, la file avait avancé d'un petit deux mètres, ce qui changerait "radicalement" leur temps d'attente. Et là, elle ne put s'en empêcher mais elle tomba dans le piège de la petite peste qu'elle était et répondit :

« Tu crois VRAIMENT que ça va changer la face du monde si j'avance d'un pas ? » Bien sûr, elle aurait pu s'arrêter là mais ... ce ne serait pas digne de Samantha ça !« Franchement, regarde-toi, c'est parce que tu n'as pas le choix que tu es là ? Nan parce que déjà, rien qu'au physique, tu vas te faire recaler ! »
Manque de chance pour la belle, l'homme au T-Shirt miteux était de retour dans le coin et bien sûr, il n'avait entendu que le speech de Sam' et il s'en prit à elle en annonçant qu'elle manquait de respect et que donc, elle devait sortir de la file pour le moment. Bien sûr, elle le prit mal mais à ce stade, elle préférait ne rien dire si elle voulait avoir une chance de passer l'audition tout de même. Elle regarda le fauteur de trouble avec un air mauvais et condescendant. Une chose était sûre : il le regretterait... Sans doute l'attendrait-elle à la sortie. Quoi que, il était quand même grand !

Bref, en attendant que son tour ne vienne à nouveau, la demoiselle se dit qu'entrer dans un magasin ne serait pas une perte de temps, elle se dirigea donc vers son préféré et commença à fouiller parmi les nouveautés. Sur un présentoir central, il y avait une petite veste marron qui lui plaisait vraiment ; elle chercha sa taille et saisi le vêtement rapidement mais celui-ci ne vint pas à elle, une résistance s'opposant en sens inverse. Elle vit alors une main posée sur une manche de l'autre côté du portant. Elle releva les yeux vers la propriétaire de la main et vit une femme brune, avec de longs cheveux, à peu près de sa taille qui se tenait là et tirait sur l'objet de convoitise.
Cette fois-ci, s'en était trop. Une fois okay mais pas deux !

« Tu peux lâcher ... "s'il te plait" ! Je pense l'avoir vue la première... »
Et oui, elle avait même fait preuve de ... "politesse" !






Samantha
Britany
Evans
Spoiler:
 

©Dyn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clock-ticking.forumactif.fr/

•• Sirène Vengeresse ¤ Notre vengeance sera terrible.


avatar

•• Sirène Vengeresse  ¤ Notre vengeance sera terrible.

Féminin Messages : 1287
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 23
Localisation : Auprès de la Triade.... Ou de Na'Hash.

Your Book Of The Shadows
Points de vie (PV):
100/100  (100/100)
Points d'Expérience (PE):
9/100  (9/100)
Capacités & Autres:

MessageSujet: Re: Time To Escape » PV Casilda ¤ Terminé   Mer 14 Mar - 18:44


    Après avoir passé la matinée à peindre sur une ravissante toile blanche ses meurtres de la semaine, Casilda décida de sortir afin de se changer les idées. Elle l’avait toujours dit : Trop de pensées mortelles tue la créativité! Elle voulait donc laisser de côté l’art et le meurtre pour l’instant et décida de se rendre dans son deuxième lieu préféré après les ruelles sombres aux alentours des boites de nuits et des pubs c’est-à-dire, le centre commercial! Oui, la démone était une mordue du shopping et de la mode. Elle aimait vivre dans le luxe et l’oisiveté et dépensait sans compter. Après tout, elle était riche alors pourquoi se priver me direz vous? Après une longue vie humaine où elle s’était sentie emprisonnée et privée de liberté, Casilda profitait maintenant depuis plus de cent ans de sa vie d’immortelle, et le shopping et le luxe étaient des éléments essentiels pour qu’elle se sente bien. Son appartement, situé dans un quartier chic de San Francisco, reflétait bien son mode de vie, ainsi que les centaines de vêtements que comportait son dressing. Mais comment gagnait-elle autant d’argent? Et bien ce qui est sûr, c’est que ce n’était pas par le travail! Casilda était mannequin pour divers catalogues à ses heures perdues mais ne vivait pas de cela, ni de son art d’ailleurs. Ses deux activités-là ne constituaient pas des métiers mais plutôt des loisirs d’ailleurs. Mais alors, comment faisait-elle? Et bien, pour tout dire, Casilda rendait quelques fois visite à de grands hommes d’affaires et, grâce à son pouvoir d’envoûtement, les forçait à lui verser d’importantes sommes d’argent, pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines de milliers de dollars. Ces personnes riches et célèbres ne pouvaient lutter et se faisaient complètement hypnotiser par la belle Sirène, qui les quittait ensuite sans leur faire de mal, les laissant se demander alors pendant plusieurs jours pourquoi ils avaient cédé à une telle femme. Puis, au bout de plusieurs mois de shopping, la cruelle démone recommençait en rendant visite à un autre homme d’affaire…

    Casilda sortit donc de son appartement et arriva au centre commercial, pas par potion téléportatrice cette fois-ci, mais grâce à sa belle Maserati granturismo de couleur noire. Elle se rendit pour commencer dans la plus chic boutique de chaussures qu’elle connaissait, ressortant une heure après avec des escarpins jaunes vernis d’une valeur de 900$. Puis, elle se balada un peu dans les grands couloirs du centre commercial, regardant les petits bijoux que proposaient les diverses boutiques de mode. Elle remarqua qu’une grande file d’attente prenait place, et comprit très vite qu’il s’agissait d’une audition pour devenir chanteuse. Casilda rit intérieurement, se disant qu’elle pourrait gagner haut la main et tenter une carrière internationale grâce à sa voix de Sirène, qui était bien plus belle que celle de n’importe quelle autre humaine. Mais elle n’avait pas envie de faire la queue pour une audition, elle passa donc à côté des personnes et entra dans une boutique qu’elle aimait bien.
    Elle fouilla un peu partout, ne cherchant rien en particulier, se contentant de découvrir. Elle tomba sur une robe très sexy, courte, noire à paillettes et sans bretelles, le genre de truc qui faisait son effet en boîte de nuit. Elle se la mit devant elle en se regardant dans le miroir, se disant que cette robe ferait l’affaire, sans même avoir eu besoin de l’essayer. Elle la prit donc sous le bras et continua ses petites fouilles. Soudain, elle tomba sur une petite veste marron qui l’interloqua.

    *Pouaa c’est horrible ce truc! Sainte-mère de la garde robe, comment peut-on oser porter cette horreur?!* pensa t’elle en le saisissant.

    Soudain, une adolescente –du moins ce qu’elle croyait être une adolescente- attrapa presque au même moment la veste, refusant de la lâcher. Casilda haussa un sourcil, légèrement surprise et amusée.

    *Finalement elle ne m’a l’air pas si mal que ça cette petite veste….* pensa t-elle ironiquement.

    La jeune fille la regarda d’un air agacé, lui disant de la lâcher "s’il te plait", en insistant bien sur ce mot, se la jouant petite peste de lycée. Casilda aurait pu partir au quart de tour, se sentir insultée et massacrer cette petite capricieuse, mais là, la situation lui donnait envie de rire. Elle avait envie de casser les pieds à cette petite sotte, et ce, jusqu’au bout! Elle la regarda donc et déclara d’un air sarcastique :

    « Déjà, il ne faut jamais utiliser un mot relevant de la politesse sur un ton malpoli, car cela est encore plus irrespectueux que si vous n’aviez rien dit. Ensuite, il me semble que je ne suis pas une de vos camarades de classe et que par conséquent, vous vous devez de me vouvoyer. Pour finir, l’importance n’est pas de voir la première mais de saisir la première. Pour résumer un peu le tout et aller droit au but, vu votre manque de savoir vivre, c’est moi qui repart avec cette veste. »


    Elle lança cela d’un air calme et déterminé, sans aucune pointe d’énervement dans la voix. Maintenant, tout ce qu’elle espérait était une riposte de la part de la petite brune. Elle ne voulait absolument pas que la jeune femme parte en s’excusant, cela ne serait pas drôle du tout. Non, ce conflit ne venait que de commencer, et Casilda allait beaucoup, beaucoup s’amuser!